Vide

Total : 0,00 €

NOUVEAUTÉ / Du fonds de mon coeur je crie vers le ciel, de Ximena ESCALANTE

DU FOND DE MON CŒUR
JE CRIE
VERS LE CIEL
XIMENA ESCALANTE
TROIS PIÈCES DE
LEGOM
JE DÉTESTE LES PUTAINS DE MEXICAINS
PORTRAIT D'ELLE ENDORMIE
LES FILLES DU TROIS ET DEMI
LUIS E. GUTIÉRREZ ORTÍZ MONASTERIO (LEGOM)
HITLER
DANS LE
CŒUR
NOÉ MORALES MUÑOZ
NEW YORK
VERSUS
EL ZAPOTITO
VERÓNICA MUSALEM
MOCTEZUMA II
SERGIO MAGAÑA
BELIZE
DAVID OLGUÍN
HEURES
DE NUIT
EDGAR CHÍAS
MOLIÈRE
SABINA BERMAN
BIENVENUE
DANS LE NOUVEAU SIÈCLE,
DOKTOR FREUD
SABINA BERMAN
LES MAÇONS
VICENTE LEÑERO
MOI AUSSI
JE VEUX
UN
PROPHÈTE
XIMENA ESCALANTE
DÈSERT
CUTBERTO LÓPEZ REYES
ANDRÓMACA REAL
SUIVI D'
ÉLECTRE SE RÉVEILLE
XIMENA ESCALANTE
LE CIEL
DANS LA PEAU
EDGAR CHÍAS
EN SAVOIR PLUS
L'IMPOSTEUR
RODOLFO USIGLI
ANATOMIE
DE LA GASTRITE
ITZEL LARA
BÊTES,
CHIENNES
ET AUTRES CRÉATURES
LUIS E. GUTIÉRREZ ORTÍZ MONASTERIO (LEGOM)
PHÈDRE
ET AUTRES
GRECQUES
XIMENA ESCALANTE
ESSAI
SUR LES GENS
FRAGILES
ALBERTO VILLARREAL
FACE À QUELQUES
SPHYNX
JORGE IBARGÛENGOITA
EN SAVOIR PLUS
LE CAVALIER
DE LA DIVINE PROVIDENCE
ÓSCAR LIERA
FERMER
EL JINETE
DE LA DIVINA PROVIDENCIA
ÓSCAR LIERA
TRADUIT DE L'ESPAGNOL
Pays: 
PAR
MICHÈLE SIGAL
"A través de la tentativa de reconstitución de la historia legendaria de Malverde, forajido mexicano del siglo XIX que despojaba a los ricos en beneficio de los pobres y que, después de su muerte, habría realizado una serie de milagros, suscitando así un culto popular que se ha perpetuado hasta nuestros días. Es la historia «verídica», a la vez real e imaginaria, del pueblo mexicano que se escribe a contrapelo de la historia oficial, la del Estado, de la Iglesia y de los terratenientes. Como figura de leyenda eminentemente teatral, Malverde es una figura popular en la que se unen el pasado y el presente a través del testimonio de los muertos y de los vivos." Michèle SIGAL
ISBN: 
978-2-915802-10-8
EAN: 
9782915802018
Parution: 
Octobre, 2010
Pages: 
98
Collection: 
Théâtre mexicain du XXe siècle (Théâtre moderne)
7,00 €
Format du livre: 
Édition papier
Extrait: 

POLIDOR — Tout ce que vous désirez savoir du présent, du passé et de l’avenir, vous l’apprendrez de la bouche de cet homme illuminé, turlututu. Le prix des consultations est à la portée de toutes les bourses. Profitez-en, nous ne resterons que quelques jours dans cette ville.
(Cañedo s’approche d’Obdulio et vide devant lui une bourse pleine de pièces d’or.)
CAÑEDO — (D’un ton arrogant.) Qui est Malverde et où se cache-t-il ? (Silence général. Une pause.) Qui est Malverde ?
OBDULIO — Cet argent pue. Que celui qui vient de le jeter le ramasse et fiche le camp.
POLIDOR — Un moment, Obdulio, nous avons un contrat toi et moi. Qu’est-ce que c’est que cette histoire que l’argent pue ? De toutes façons, s’il pue, cela veut dire qu’il a toujours pué. (Il commence à ramasser l’argent.) Il faut que tu dises au monsieur qui est ce Malverde...
CAÑEDO — (Cañedo pose le pied sur la main du Polidor, sort un pistolet et le braque sur Obdulio.) Et s’il ne me le dit pas de son plein gré, il me le dira de force.
OBDULIO — Je ne sais pas qui est Malverde. Tuez-moi si vous le voulez. Par contre, je sais qui a fait tuer Julián la nuit dernière.
CAÑEDO — Ce n’est pas la peine que tu le dises, c’est moi. Le Chango l’a tué sur mon ordre. Malverde n’a plus besoin de venir chez moi pour faire la lumière sur quoi que ce soit, tout Culiacán le sait, ils sont toujours au courant de ce que je fais, mais ils vivent dans la peur et se taisent. Je vais indemniser sa veuve pour qu’elle ne se retrouve pas sans rien. Il faut que tu saches une chose, crétin : je tiens tout ce petit monde dans ma main et quand l’envie m’en prend, je le fais tourner.
OBDULIO — C’est écrit. Mais tu ne peux pas l’arrêter.