Vide

Total : 0,00 €

NOUVEAUTÉ / Du fonds de mon coeur je crie vers le ciel, de Ximena ESCALANTE

DU FOND DE MON CŒUR
JE CRIE
VERS LE CIEL
XIMENA ESCALANTE
TROIS PIÈCES DE
LEGOM
JE DÉTESTE LES PUTAINS DE MEXICAINS
PORTRAIT D'ELLE ENDORMIE
LES FILLES DU TROIS ET DEMI
LUIS E. GUTIÉRREZ ORTÍZ MONASTERIO (LEGOM)
HITLER
DANS LE
CŒUR
NOÉ MORALES MUÑOZ
NEW YORK
VERSUS
EL ZAPOTITO
VERÓNICA MUSALEM
MOCTEZUMA II
SERGIO MAGAÑA
BELIZE
DAVID OLGUÍN
HEURES
DE NUIT
EDGAR CHÍAS
MOLIÈRE
SABINA BERMAN
BIENVENUE
DANS LE NOUVEAU SIÈCLE,
DOKTOR FREUD
SABINA BERMAN
LES MAÇONS
VICENTE LEÑERO
MOI AUSSI
JE VEUX
UN
PROPHÈTE
XIMENA ESCALANTE
DÈSERT
CUTBERTO LÓPEZ REYES
ANDRÓMACA REAL
SUIVI D'
ÉLECTRE SE RÉVEILLE
XIMENA ESCALANTE
LE CIEL
DANS LA PEAU
EDGAR CHÍAS
EN SAVOIR PLUS
L'IMPOSTEUR
RODOLFO USIGLI
ANATOMIE
DE LA GASTRITE
ITZEL LARA
BÊTES,
CHIENNES
ET AUTRES CRÉATURES
LUIS E. GUTIÉRREZ ORTÍZ MONASTERIO (LEGOM)
PHÈDRE
ET AUTRES
GRECQUES
XIMENA ESCALANTE
ESSAI
SUR LES GENS
FRAGILES
ALBERTO VILLARREAL
FACE À QUELQUES
SPHYNX
JORGE IBARGÛENGOITA
EN SAVOIR PLUS
LE CAVALIER
DE LA DIVINE PROVIDENCE
ÓSCAR LIERA
FERMER
ESSAI
SUR LES GENS
FRAGILES
ALBERTO VILLARREAL
TRADUIT DE L'ESPAGNOL
Pays: 
PAR
David Ferré
Cinq acteurs tentent de jouer diverses saynètes qui fleurtent avec l’absurde. Les dysfonctionnements entre jeu et imitation y sont systématiquement dévoilés. Les figures jouent au théâtre pour exclure, pour condamner et pour blâmer autrui. Tel un miroir déformant, tout sert autant le jeu de l’acteur que le récit. Comme le dit l’auteur, ce texte est « une maquette qui permet d’exposer la fragilité humaine ». Cet entrelacs de sketches crée un dynamisme formel jamais décentré du jeu de l’acteur qui court derrière la vanité des hommes.
ISBN: 
978-2-915802-16-0
EAN: 
9782915802160
Parution: 
Septembre, 2014
Pages: 
94
Collection: 
Le Miroir qui fume (Théâtre Contemporain)
Format du livre: 
Édition papier
11,00 €
Extrait: 

J — Il faut laisser la place aux nouvelles générations, qu’elles courent seules à leur catastrophe. C’est ce que je me dis quand je me sens vieux.
H — Si nous n’avons pas la foi dans ces petits rituels qui sauvent les gens, nous pouvons punir quelqu’un.
G — Non.
J — Non.
I — Vous voulez qu’on vous apporte un dictionnaire ?
G — Il faut choisir l’un d’entre nous pour le punir.
Il faut que ce soit celui qui est le plus disposé à faire le bien, de ça oui je me souviens bien.
H — Qui est le plus disposé à faire le bien ?
(Silence et petite bousculade parmi les personnes présentes.)
J — Quand quelqu’un décide d’être disposé à faire le bien c’est parce qu’il sait qu’il est en train de mourir. Les voisins qui nous aiment devraient prévenir les médecins quand on est plus serviables que d’habitude.
F — Nous pouvons punir un spectateur.
(Regards impertinents et moqueurs vers le public.)
H — Non, là-dedans les affamés s’assoient les premiers à table et sont les premiers emmenés à l’échafaud. Là-bas dehors, tout est possible, mais ici on respecte les bonnes habitudes.
J — Alors que le public choisisse l’un d’entre nous. Ce n’est pas juste, mais c’est très théâtral.